MÉTALLOGÉNIE

MÉTALLOGÉNIE
MÉTALLOGÉNIE

MÉTALLOGÉNIE

Dans une première approche et de façon résumée, on peut dire que la métallogénie est la science des gisements (ou gîtes) métallifères et de leur genèse. Le terme a été créé, au début du XXe siècle, par L. de Launay, pour qui: «La métallogénie étudie les gisements minéraux des éléments chimiques, leurs groupements et, spécialement, les concentrations anormales qui nous les présentent sous une forme industriellement supérieure à la moyenne et, par conséquent, utilisable [et] se propose de rechercher l’origine première de ces éléments et les phases successives de l’évolution qui les a amenés dans leurs gisements actuels, afin de déterminer les lois suivant lesquelles ces gisements doivent apparaître de préférence dans telle ou telle zone géologique, présenter telle ou telle disposition, telles ou telles modifications en profondeur, etc.» Cette science se propose donc de rechercher les lois qui ont présidé à la répartition, à l’association ou à la séparation des éléments chimiques dans les parties accessibles de l’écorce terrestre.

Cette première définition, qui fait bien ressortir les liens très étroits qui unissent la métallogénie et la géochimie, n’en est pas moins très générale; aussi convient-on d’ordinaire de limiter le domaine de la métallogénie à l’étude des processus qui ont donné naissance aux concentrations anormales de substances chimiques minérales — donc aux gisements métallifères — à l’exclusion des cas où ces substances se rencontrent dans leurs proportions habituelles, c’est-à-dire celles qui correspondent aux teneurs moyennes desdits éléments chimiques dans l’écorce terrestre. Cette limitation, cependant, ne doit pas confiner la métallogénie à la seule étude des processus physico-chimiques de minéralisation; il serait tout aussi vain de croire que la connaissance des seules associations paragénétiques et des successions subordonnées, qui caractérisent tels ou tels minerais donnés, est suffisante pour reconstituer les conditions de formation des gîtes correspondants.

À cet égard, les tendances des diverses écoles contemporaines coïncident en ceci qu’elles reconnaissent que les processus de minéralisation aboutissant à l’apparition de gîtes: «a ) ne représentent que l’un des aspects d’un grand et unique processus, complexe, d’évolution de l’écorce terrestre; b ) sont, au cours de leur histoire géologique, étroitement liés aux autres aspects de ce grand processus, c’est-à-dire à la sédimentation, aux mouvements tectoniques (développement des structures), à l’activité magmatique et au métamorphisme; c ) ne peuvent et ne doivent être étudiés que dans leur cadre historique et en liaison étroite avec tous les autres aspects de cette évolution». Cette dernière et impérative nécessité explique et justifie une classification «naturelle» non plus des phénomènes générateurs de gîtes, mais bien des «types» de gisements eux-mêmes dans leur cadre géologique.

L’une des branches, autonome, de la science des gîtes métallifères est la métallogénie régionale. Le principe en est de distinguer et de définir les zones, régions et grandes régions pouvant être minéralisées, et celles ne le pouvant pas, c’est-à-dire de rechercher, dans les premières, les indices caractérisant les secteurs les mieux minéralisés et découvrir les différents critères qui «règlent», qui contrôlent l’apparition et les conditions de mise en place des gîtes. Le mode de représentation le mieux adapté est la carte métallogénique. Y apparaissent notamment les divers contrôles des différentes minéralisations étudiées: ils serviront de «guides» le jour où l’on recherchera les types de gisements correspondants dans de nouvelles régions, plus ou moins éloignées des régions bien connues (dites de référence).

Ainsi, la métallogénie révèle la liaison existant entre la tectonique profonde (linéaments, blocs rhomboïdaux...), le magmatisme et les minéralisations (au moins géométriquement associées). Des exemples en sont connus dans le Massif armoricain, dans le sud et l’ouest de la Meseta ibérique, dans le Massif bohémien, aux États-Unis (linéaments du 38e parallèle, du Texas...), en Mongolie, etc. Dans ces conditions, le métallogéniste doit être un géologue «généraliste», géologue de terrain et cartographe de formation, qui doit faire continuellement appel aux autres sciences de la Terre et à des disciplines voisines. Dans des situations particulières, il peut être amené à faire œuvre de géologue minier ou à établir les différents programmes d’une prospection et à en lancer les actions correspondantes.

métallogénie nom féminin Étude de la formation des gîtes métallifères.

métallogénie [metaloʒeni] n. f.
ÉTYM. 1904, Rev. gén. des sc., no 8, p. 387; de métallo, et -génie.
Didact. Science qui a pour objet la formation des gîtes métallifères.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Metallogenie — Métallogénie La métallogénie étudie les mécanismes de formation des gisements métallifères et se propose de définir des outils méthodologiques et des guides de prospection utilisables par les explorateurs et prospecteurs miniers. Gîtes… …   Wikipédia en Français

  • Métallogénie — La métallogénie étudie les mécanismes de formation des gisements métallifères et se propose de définir des outils méthodologiques et des guides de prospection utilisables par les explorateurs et prospecteurs miniers. Gîtes métallifères et… …   Wikipédia en Français

  • CONTRÔLES ET GUIDES (métallogénie) — CONTRÔLES & GUIDES, métallogénie L’apparition d’une concentration minérale anormalement élevée au point de vue géochimique, la situation même d’un gisement métallifère, etc., sont toujours en relation avec certains faits géologiques spécifiques,… …   Encyclopédie Universelle

  • MINÉRALISATION (métallogénie) — MINÉRALISATION, métallogénie Les étapes de minéralisation sont des périodes de formation de minéraux qui sont séparées les unes des autres par un laps de temps relativement grand, et qui sont caractérisées par des conditions physico chimiques… …   Encyclopédie Universelle

  • SAG Wismut — Die Unternehmenszentrale in Chemnitz Standorte der Wismut Die SAG (Sowjetische Aktiengesellschaft) oder ab 1954 SDAG (Sowjetisch Deutsc …   Deutsch Wikipedia

  • SDAG Wismut — Die Unternehmenszentrale in Chemnitz Standorte der Wismut Die SAG (Sowjetische Aktiengesellschaft) oder ab 1954 SDAG (Sowjetisch Deutsc …   Deutsch Wikipedia

  • Sowjetisch-Deutsche Aktiengesellschaft Wismut — Die Unternehmenszentrale in Chemnitz Standorte der Wismut Die SAG (Sowjetische Aktiengesellschaft) oder ab 1954 SDAG (Sowjetisch Deutsc …   Deutsch Wikipedia

  • Sowjetisch deutsche Aktiengesellschaft Wismut — Die Unternehmenszentrale in Chemnitz Standorte der Wismut Die SAG (Sowjetische Aktiengesellschaft) oder ab 1954 SDAG (Sowjetisch Deutsc …   Deutsch Wikipedia

  • Wismut (Unternehmen) — Die Unternehmenszentrale in Chemnitz …   Deutsch Wikipedia

  • Wismut A.G. — Die Unternehmenszentrale in Chemnitz Standorte der Wismut Die SAG (Sowjetische Aktiengesellschaft) oder ab 1954 SDAG (Sowjetisch Deutsc …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”